ors-aquitaine.org
Image default
Info Santé

Pourquoi oublie-t-on ce qu’on a fait quelques minutes avant ?

Pourquoi oublie-t-on ce qu’on a fait quelques minutes avant ?
Notez cet article


Alors que la voiture démarre, vous êtes soudain saisi d’un doute : avez-vous bien fermé la porte de la maison ? Votre portefeuille est-il dans le sac que vous venez de ranger ? Pourquoi certains souvenirs sont-ils si éphémères et comment éviter les trous de mémoire ?

Cela vous intéressera aussi


[EN VIDÉO] Interview : le neurofeedback permet-il au cerveau de mieux fonctionner ?
  Le neurofeedback offre à un utilisateur la possibilité d’observer l’activité de son propre cerveau. Cette procédure non invasive possède des applications plutôt inattendues. Futura-Sciences a interviewé, lors de son allocution à TEDxCannes, Maureen Clerc, chercheuse à l’Inria (Institut national de recherche en informatique et en automatique), afin qu’elle nous parle en détail de cette technique. 

Les trous de mémoire peuvent arriver à tout le monde. Qui ne s’est jamais retrouvé en haut d’un escalier sans se rappeler pourquoi il était monté ou découvert ses chaussettes rangées dans le tiroir alors qu’il était certain de les avoir mises dans le panier à linge ? Ces « bugs » sont liés à des interférences dans la mémoire procédurale, celle qui permet de restituer une tâche de façon inconsciente lorsqu’elle a été répétée suffisamment de fois. Nous marchons par exemple sans réfléchir à la façon de faire chaque pas, et nous pouvons faire du vélo sans avoir besoin de réapprendre à chaque fois.

Les trous de mémoire et le mode « pilotage automatique » du cerveau

C’est le même mécanisme à l’œuvre lorsque nous effectuons certaines tâches routinières (ranger la vaisselle, préparer le petit déjeuner, fermer et ouvrir la porte à clé…) : le cerveau se met en « pilotage automatique » et nous agissons de manière inconsciente. Ce mode de fonctionnement nécessitant un faible effort cognitif, il permet de libérer les ressources du cerveau qui peut ainsi se concentrer sur d’autres actions et effectuer plusieurs tâches en parallèle. Nous sommes ainsi capables de parler en marchant ou de regarder la télévision en mangeant.

Sous l’effet du stress ou d’une surcharge cognitive, le cerveau perd sa capacité à gérer la mémoire procédurale. © 1STunningART, Fotolia

Trous de mémoire : quand le cerveau ne suit plus

Malheureusement, la mémoire procédurale inconsciente a un revers, puisqu’elle réduit l’attention portée à ce que nous faisons. C’est ainsi que les conducteurs expérimentés ont tendance à ne pas rester suffisamment concentrés sur la route, ce qui augmente le risque d’accident. De même, lorsque le cerveau est particulièrement sollicité ou lorsque nous sommes soumis à un stress particulier, les tâches inconscientes perdent en qualité. C’est ce qui se passe lorsque nous parlons à quelqu’un ou que nous sommes préoccupés par quelque chose au moment de fermer la maison à clé. Pour éviter ce genre de désagrément, évitez d’effectuer trop de choses en même temps : c’est particulièrement inefficace car vous devrez systématiquement revérifier chaque geste.

Intéressé par ce que vous venez de lire ?

Abonnez-vous à la lettre d’information La question Santé de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez (plus ou moins secrètement). Toutes nos lettres d’information



Source link

Autres articles

Les Français prennent-ils soins de leur bouche ?

adrien

sept astuces pour boire plus d’eau

adrien

Qu’est-ce que la ceinture scapulaire ?

adrien

comment s’en débarrasser dans la maison ?

adrien

3 idées de régimes validés scientifiquement à suivre cet été

adrien

Comment reconnaître le miel naturel du faux miel

adrien